Notice: Undefined index: description in /home/customer/www/youthtools.org/public_html/wp-content/plugins/wpglobus/includes/vendor/yoast-seo/class-wpglobus-yoastseo140.php on line 278
Menú
Volver arriba

22 juillet, 2020

Les médias sociaux aident les jeunes entrepreneurs ruraux kenyans à lutter contre la fermeture de COVID-19

Jusqu’à ce que COVID-19 frappe en mars, l’usine de transformation de bananes du G-Star Youth Group bourdonnait d’activité.

Peser et laver les bananes fraîches, les peler et les couper en tranches, disposer les tranches dans les séchoirs solaires, moudre les bananes séchées, emballer la farine, et enfin la commercialiser – toute cette activité avait occupé une quinzaine de jeunes hommes et femmes, et leur avait offert de nouvelles perspectives de vie.

L’entreprise avait débuté en février 2017, lorsque le groupe de jeunes G-Star a vu une opportunité commerciale dans la transformation des bananes. Ils ont créé une usine dans le comté de Nyeri au Kenya pour produire de la farine de banane enrichie, un aliment de base nutritif qui peut être utilisé comme base pour de nombreux autres aliments, y compris le porridge, les gâteaux et les crêpes.

« Nous ne voulions pas continuer à cultiver la terre comme nos parents l’ont fait et hériter de leurs problèmes. Nous devions trouver une alternative pour nous, les jeunes », nous a dit Charles Wachira Mwangi, le président du groupe.

Charles s’arrête devant la serre de l’usine de transformation lors de notre visite en décembre 2019. (©IFAD/Edward Echwalu)

 

Lorsque nous avons parlé aux membres du groupe de jeunes G-Star en décembre dernier, ils étaient pleins d’optimisme. Avec le soutien du projet UTaNRMP financé par le FIDA, ils avaient acheté un broyeur à marteaux, une trancheuse à bananes et une balance, installé des séchoirs solaires et un réservoir d’eau de 10 000 litres, et construit un petit bâtiment pour accueillir l’unité de production sur un terrain d’un quart d’acre alloué par le gouvernement du comté de Nyeri.

Les jeunes n’ont pas été les seuls à bénéficier du projet. Le groupe achetait des bananes directement aux agriculteurs locaux et les payait le double de ce qu’ils pouvaient s’attendre à gagner auprès des courtiers.

« Dès le début, nous voulions que le projet profite à l’ensemble de la communauté », explique Charles.

« Cela signifie beaucoup pour moi », a ajouté Jerioth Mugure Wachira, 29 ans, diplômé en technologie de l’information, qui a rejoint le groupe en 2016. « Mes parents vendent des bananes et maintenant qu’ils reçoivent de l’argent, ils n’ont plus besoin d’en emprunter quand ils ont un problème ».

Au cours de sa première année d’existence, l’usine a produit 1 400 kg de farine de banane enrichie. Les ventes sur les marchés locaux ont généré environ 2 700 dollars US. Ils ont réinvesti la plupart des revenus de la première année dans la commercialisation et l’installation d’un deuxième séchoir solaire pour augmenter leur capacité de production.

Le groupe avait prévu d’engager une personne ayant des compétences en marketing pour aider leurs produits à atteindre une plus large clientèle et pour les aider à développer de nouveaux produits comme la confiture de banane, le jus et les chips. Ils étaient également en train d’acquérir une norme de certification de qualité reconnue au niveau international qui aiderait leurs produits à se démarquer.

Mais c’est alors que COVID-19 a frappé.

Lorsque le gouvernement du Kenya a imposé des restrictions de mouvement en mars, les ventes de G-Star ont chuté. Les commandes des distributeurs et des détaillants se sont arrêtées, tout comme les expositions, lieu traditionnel de vente.

Les ventes et les capitaux étant faibles, le groupe n’était plus en mesure d’acheter des bananes aux agriculteurs – et par conséquent, leur production s’est arrêtée.

Après quelques semaines d’inactivité totale, les membres du groupe ont décidé de chercher des moyens de rebondir. Ils disposaient encore de stocks de janvier et février prêts à être vendus – il leur suffisait de trouver un moyen d’atteindre leurs clients. Comme les restrictions de mouvement étaient toujours en place, ils ont commencé à explorer le marketing et la vente de leurs produits via des plateformes numériques.

Aujourd’hui, le groupe utilise Facebook et Twitter pour faire la publicité de ses produits et générer des ventes. Ils utilisent également WhatsApp pour atteindre leurs clients existants et maintenir la communication pour des commandes potentielles. Il est compréhensible que nombre de leurs clients aient peur de se déplacer pour prendre leurs commandes, mais G-Star s’occupe également de ce problème : Tous les produits achetés sur ces plates-formes sont envoyés aux clients par les services de messagerie fournis par les systèmes de transport public (comme c’est la coutume au Kenya) ou livrés directement à leur domicile.

Les membres du groupe de jeunes G-Star emballent leur produit et le préparent pour la vente lors de notre visite en décembre 2019. (©IFAD/Edward Echwalu)

 

« Les ventes totales de ces engagements ne sont peut-être pas significatives, mais elles constituent un début de redressement », nous a déclaré Charles. « Mais surtout, nous avons réalisé la valeur des plateformes numériques et nous maintiendrons notre engagement numérique après le COVID-19 ».

S’ils ont bien choisi leur moment, ils devraient être en rupture de stock début août – juste à temps pour revenir à l’usine, maintenant que le gouvernement a levé les restrictions. Ils prévoient déjà de revenir en toute sécurité, d’installer des stations de lavage des mains et de fixer des exigences en matière de port de masques. Ils prévoient également de contrôler le calendrier des livraisons des agriculteurs afin d’éviter la surpopulation à l’usine.

Comme beaucoup d’autres, le groupe G-Star Youth a été confronté à une menace existentielle, non seulement à cause de la maladie elle-même, mais aussi de ses conséquences sociales et économiques dévastatrices. Heureusement, grâce à leur détermination et à un peu d’ingéniosité, il y a encore de l’espoir pour eux – et ils prévoient d’en tirer le meilleur parti.

En savoir plus sur le travail du FIDA au Kenya.

SOURCE : FIDA

Autres nouvelles

Aller à la barre d’outils