Notice: Undefined index: description in /home/customer/www/youthtools.org/public_html/wp-content/plugins/wpglobus/includes/vendor/yoast-seo/class-wpglobus-yoastseo140.php on line 278
Menú
Volver arriba

24 août, 2020

De jeunes leaders au service du développement et de la transformation rurale

Au cours de la dernière décennie, le monde a assisté à une montée des mouvements de jeunesse réclamant une transformation. Des groupes d’action pour le climat aux institutions politiques, les jeunes assument un rôle de premier plan et apportent de nouvelles perspectives, montrant qu’ils ne sont pas seulement l’avenir, mais aussi le présent.

En ce qui concerne les jeunes des zones rurales, le scénario n’est pas différent. Bien que les jeunes ruraux soient confrontés à des défis supplémentaires et à des couches d’exclusion supplémentaires par rapport aux autres jeunes, ils trouvent néanmoins le moyen d’être le changement qu’ils souhaitent voir dans le monde.

Nous avons identifié dix initiatives dans toute la région de l’Amérique latine et des Caraïbes qui encouragent l’action en faveur du climat, génèrent des revenus par le biais d’organisations communautaires, sauvegardent et transmettent les connaissances et les traditions locales, etc. Chacune d’entre elles a répondu à un appel ouvert du Prix de l’innovation pour la jeunesse rurale, un projet organisé par le FIDA et cofinancé par le gouvernement chinois. Ce prix vise à identifier et à promouvoir des projets innovants qui peuvent servir de modèles dans la région et, surtout, qui sont composés de jeunes.

Nous vous présentons ici un aperçu de ces dix histoires. Sélectionnés parmi 570 participants, chacun des lauréats ci-dessous met en avant la passion de ses fondateurs, leur vision de l’avenir et leur croyance dans le potentiel de l’innovation, même dans les moments difficiles.

Una Mano para Oaxaca (« Une main pour Oaxaca ») connaît une chose ou deux sur la façon de surmonter les défis. Ce groupe originaire du sud du Mexique rural se consacre à la promotion du redressement économique, culturel et sociétal après le tremblement de terre de 2017 qui a dévasté une grande partie de la région de Oaxaca. Comme toutes les initiatives de redressement, celle-ci est un effort collectif, qui repose largement sur l’engagement communautaire pour aider à ramener la région.

Sur cette photo, une femme de Huazolotilán montre fièrement son four à pain, reconstruit avec le soutien de l’initiative.

À plus de mille kilomètres de là, un autre groupe de jeunes Mexicains est confronté à un autre défi : comment contribuer à un monde durable fondé sur une économie circulaire – c’est-à-dire une économie dans laquelle les ressources sont utilisées et réutilisées en permanence, avec zéro déchet ? La réponse est entre leurs mains : des larves de mouches de soldat noir. Hexa Biotech combine son expertise technique avec son désir de voir un monde avec « Zéro Faim« . Ils utilisent des déchets organiques pour nourrir leurs larves, qui deviendront ensuite une source de nourriture durable pour les poissons, les poulets et même les troupeaux de bétail.

AgroWayu, une initiative péruvienne visant à lutter contre la malnutrition des enfants, souhaite également voir la faim zéro.

Avec un stylo à la main et des échantillons supplémentaires de son produit – une gelée riche en nutriments faite principalement de fruit de la passion et de chia – le représentant d’AgroWayu, Gian Pierre, demande aux enfants locaux ce qu’ils en pensent. Le travail de ce groupe nous rappelle l’importance de promouvoir l’inclusion depuis les producteurs jusqu’au consommateur final, en s’assurant que tout le monde, y compris les familles indigènes, en profite.

L’autonomisation des familles locales est également l’une des pierres angulaires du Gralha Azul (« geai d’azur »). Cette initiative, lancée dans une petite ville de la campagne de l’État brésilien du Paraná, bénéficie à plus de 32 familles, dont des indigènes et des quilombolas (une communauté ethnique descendant d’Africains ayant fui l’esclavage).

Par leur travail, ils encouragent le tourisme des sports extrêmes en partenariat avec de petits producteurs et des agriculteurs familiaux, ce qui leur permet de générer des revenus et de promouvoir leur culture et leurs produits locaux.

La préservation des connaissances locales va de pair avec la restauration des terres. Le Grupo de Coletores de Sementes do Cerrado (« Groupe de collecteurs de semences du Cerrado ») utilise des semences indigènes pour restaurer le Cerrado, un biome de savane tropicale situé dans le nord du Brésil. Ils encouragent également l’utilisation correcte du territoire par leur travail, en entretenant quatre unités de reboisement démonstratives pour présenter leurs méthodes.

Ici, deux participants sont à l’œuvre dans l’État du Minas Gerais.

Le reboisement est essentiel pour une action climatique efficace. Dans ses efforts pour préserver ses forêts locales, Karem Bejarano a lancé de multiples campagnes de parrainage d’arbres dans la région de l’Alaska en Colombie, grâce à son initiative Sembrando Vida (« Semer la vie »). Ce projet suscite déjà une attention positive et des parrainages, même de l’extérieur du pays.

Dans tout ce qu’elle fait, Karem travaille dur pour s’assurer que l’action en faveur du climat aille de pair avec l’inclusion sociale. Elle est convaincue que, par de simples gestes, nous pouvons changer le monde et le faire évoluer.

Croyez-vous que vous mangez déjà sainement juste parce que vous achetez des légumes ? Eduardo Benjamin veut démystifier ce mythe pour vous. Avec ses partenaires, il a fondé Flor de Tierra (« Fleur de terre »), une initiative guatémaltèque visant à promouvoir la sécurité alimentaire et les pratiques agricoles durables. Une grande partie de leur travail se concentre sur la généralisation de l’utilisation d’engrais organiques, qui donnent de meilleurs résultats – et plus sains – que les engrais conventionnels.

Ci-dessus, Eduardo tient des tomates qui sont le résultat de leurs efforts.

La sécurité alimentaire est l’élément vital du Grupo Pé Na Terra (« Groupe Pieds sur terre »). Ces cinq jeunes se sont réunis pour promouvoir une agriculture familiale durable et saine. Ils cultivent des aliments grâce à de bonnes pratiques agroforestières et interviennent à tous les niveaux de la chaîne de valeur – du producteur au consommateur – en maintenant également un marché ouvert et un restaurant, tous deux situés dans la ville de Sananduva, dans l’État brésilien du Paraná.

Lors d’une journée de visite, José Eduardo s’entretient avec Wilson, un agriculteur local dans la campagne de l’État brésilien d’Espírito Santo. Raiz Capixaba, une start-up qui met en relation les petits producteurs et les acheteurs, poursuit ses activités comme si de rien n’était. La société agtech a mis au point un système qui prédit la quantité de nourriture que chaque agriculteur produira et transmet ensuite cette information à ses sociétés d’achat. Ce processus permet aux petits producteurs de rester en contact avec le marché et contribue à garantir que la quantité exacte de produits biologiques arrive sur la table des consommateurs dans les grandes villes.

Sur la côte opposée de l’Amérique du Sud, Libertat donne des cours d’éducation financière dans les zones rurales de Colombie. Ils estiment que chacun, quels que soient son niveau d’études, ses revenus ou son accès à la technologie, a le droit d’avoir de bonnes finances personnelles – et de s’engager sur la voie de l’indépendance financière.

Ici, de jeunes participants de la ville de Yopal montrent les certificats qu’ils ont obtenus en suivant l’un des cours de Libertat.

Jusqu’à récemment, beaucoup ont parlé de l’importance d’agir pour un avenir plus durable et plus diversifié. La différence entre les dix groupes que nous avons présentés ici, et beaucoup d’autres comme eux, est qu’ils ne se contentent pas de parler, ils agissent. Leur travail fait une différence dans la vie des jeunes ruraux, et il ouvre également la voie à une transformation rurale durable et inclusive.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le prix de l’innovation pour la jeunesse rurale et sur nos finalistes.

 

SOURCE : FIDA

Autres nouvelles

Aller à la barre d’outils