Notice: Undefined index: description in /home/customer/www/youthtools.org/public_html/wp-content/plugins/wpglobus/includes/vendor/yoast-seo/class-wpglobus-yoastseo140.php on line 278
Menú
Volver arriba

27 octobre, 2020

Des emplois verts pour les jeunes : Qu’est-ce qui fonctionne et qu’est-ce qui manque ?

 

 

Les jeunes des zones rurales sont de plus en plus préoccupés par l’environnement. Nombre d’entre eux travaillent dans des secteurs menacés par le changement climatique, et ils sont bien conscients que leur industrie et leurs systèmes alimentaires devront devenir plus résistants et durables que jamais.

Dans ce contexte, la création d’emplois verts décents – ceux qui contribuent à préserver ou à restaurer l’environnement – est de plus en plus considérée comme une solution potentielle. En outre, les projections estiment que les pratiques de gestion durable pourraient générer jusqu’à 60 millions de nouveaux emplois agricoles.

Le point de vue des jeunes ruraux sur l’augmentation des emplois verts est inestimable. C’est pourquoi le FIDA et le ministère néerlandais des affaires étrangères ont uni leurs forces et ouvert un espace de consultation pour les jeunes ruraux.

Lors d’un récent dialogue, nous avons demandé à nos participants – qui viennent de toute l’Afrique – ce qu’ils pensaient être le plus important pour promouvoir la croissance d’emplois verts rémunérateurs dans les zones rurales. Leurs réponses reflètent la variété des différents défis auxquels ils sont confrontés et leur accord sur le fait que les solutions intelligentes pour le climat, les opportunités de partenariats public-privé-producteur, l’apprentissage entre pairs et les plateformes numériques sont la voie à suivre.

 

Aminu Ndakogi Kanko – Nigeria

 

Aminu est un animateur de jeunes et un agrégateur de paddy, qui collecte le riz auprès des petits agriculteurs pour le vendre à des acheteurs plus importants. Bien qu’il ait finalement décidé de se consacrer à l’agriculture, sa formation est en informatique – et il apporte cette même orientation technique à son entreprise agricole. Non seulement il a reprogrammé tout le calendrier de culture à la saison sèche en utilisant judicieusement un système de pompe, mais il a également développé sa propre plateforme numérique pour vendre ses produits directement aux consommateurs.

Pour Aminu, faire participer les jeunes aux processus d’élaboration des politiques à tous les niveaux est la voie vers une économie verte. Il aimerait également voir davantage de possibilités de renforcement des capacités pour les jeunes ruraux – et il pense que le marketing numérique aidera les jeunes agriculteurs à maintenir leurs ventes à un niveau élevé.

 

Bourahima Diallo – Mali

 

Bourahima est président du Réseau de financement des jeunes ruraux et fait partie de l’Association des éleveurs et des engraisseurs de la municipalité de Narena. Dans sa ferme, il s’attaque au changement climatique et à la dégradation des sols en utilisant des techniques agricoles intelligentes sur le plan climatique : il n’utilise que le fumier organique de ses vaches et il encourage l’utilisation de semences hautement productives et résistantes au climat.

M. Bourahima pense que le partenariat public-privé-producteur est la clé de la prospérité des emplois verts. Il souhaite que davantage d’acteurs publics – comme les cantines scolaires et les institutions gouvernementales – achètent directement aux entreprises agricoles dirigées par des jeunes.

 

Elly Matende – Kenya

 

Elly est un producteur laitier, propriétaire de la ferme biologique familiale Matende Holstein. Il forme également d’autres jeunes, tant ceux qui sont déjà dans l’agriculture que ceux qui souhaitent s’y joindre, sur différents aspects de l’élevage laitier – de l’intégration des pratiques de l’agriculture biologique à l’amélioration de la durabilité de leurs activités agricoles. Pour Elly, ce type de partage des compétences est crucial pour une économie verte.

« Je pense qu’il est important d’encourager les activités de renforcement des capacités entre pairs qui, en plus de fournir des compétences adéquates, favoriseraient également un changement de perception des jeunes générations à l’égard des emplois verts, »

 

Ali Hawau – Cameroun

Ali est une productrice de poulets de chair, qu’elle annonce et vend par le biais de diverses plateformes numériques. Elle utilise également le fumier de ses oiseaux pour le jardinage, une pratique biologique qui lui permet de tirer parti des synergies entre les cultures et le bétail grâce à l’utilisation productive des déchets. Elle estime que de telles pratiques agroécologiques – qui visent à accroître la diversité des cultures et à réduire les intrants externes – devraient être plus largement intégrées.

Ali est également préoccupée par les liens entre les agriculteurs et les marchés. Elle considère le manque de routes, en particulier, comme une cause majeure des multiples défis auxquels sont confrontées les zones rurales, depuis la perte de cultures périssables jusqu’à la tendance de nombreux jeunes à migrer vers les zones urbaines à la recherche de travail.

« De bonnes routes faciliteront le transport des denrées alimentaires et réduiront les pertes après récolte. Elles contribueraient également à réduire l’exode des jeunes ».

 

Henry Fordi – Ghana

 

Henry est un agriculteur biologique. Il est également le chef de projet de Guzakuza, une équipe qui forme des jeunes femmes, des étudiants et des agriculteurs à l’importance de l’agriculture biologique et les aide à lancer ou à développer des entreprises agricoles durables.

Henry apporte ce même sens des affaires à la question des emplois verts. « Davantage de programmes de mentorat qui peuvent fournir aux jeunes les compétences entrepreneuriales appropriées et les accompagner dans leur parcours de développement d’entreprise ».

 

John Kiwagalo – Ouganda

 

John est le coordinateur de la Food Academy au sein du réseau Slow Food Youth en Ouganda, par lequel il forme les jeunes agriculteurs aux pratiques agroécologiques. Il élève également des cochons et cultive ses propres récolte.

Dans son travail, il constate que beaucoup de cultures viables sont perdues à cause de la sursaturation des marchés. Il pense donc qu’il sera crucial dans les années à venir d’investir dans des technologies qui permettront d’éviter le gaspillage de nourriture. Selon lui, aider les emplois verts à passer au numérique les rendra également attrayants pour les futures générations de travailleurs.

 

Kone Zie Daouda – Côte d’Ivoire

 

M. Kone fait partie du Climate Smart Agriculture Youth Network, grâce auquel il aide les jeunes – tant les nouveaux venus dans l’agriculture que ceux qui sont déjà dans le secteur – à améliorer leurs connaissances agricoles, leurs compétences en matière d’études de marché et à établir des liens.

M. Kone considère les espaces numériques comme des lieux de rencontre pour les jeunes ruraux. Il espère que les innovations technologiques peuvent faciliter les connexions entre les jeunes ruraux et que de telles plateformes peuvent également accroître leur engagement. Il espère également que les partenaires du développement, tels que les gouvernements et les ONG, s’engageront plus largement auprès des jeunes travaillant dans l’agriculture.

 

Une nouvelle voie à suivre : Combiner durabilité et rentabilité

Après avoir écouté tous les participants au dialogue, l’ambassadeur pour la jeunesse, l’éducation et le travail au ministère néerlandais des affaires étrangères a souligné que les jeunes ne doivent pas être découragés lorsqu’ils créent leur propre entreprise. Les coûts de création sont souvent élevés, ce qui peut sembler décourageant pour les jeunes qui espèrent des « gains rapides », et les bénéfices ne sont généralement perçus qu’à long terme. En outre, même si l’agriculture verte a un potentiel énorme en tant que secteur, il faut également garder à l’esprit la rentabilité.

Néanmoins, a-t-il conclu, les jeunes ruraux – comme ceux qui ont participé au dialogue, et d’innombrables autres – ont démontré qu’il est possible d’avoir des entreprises agricoles qui sont à la fois durables et rentables.

Le FIDA, lui aussi, sait que durabilité et rentabilité peuvent aller de pair – et que la jeunesse rurale est l’un des moteurs d’une nouvelle économie verte. Tout comme pour de nombreux participants au dialogue, la collaboration avec le secteur privé est également une grande priorité pour le Fonds. Le FIDA a déjà commencé à mettre en place de nouveaux outils et politiques pour approfondir son engagement avec le secteur privé afin de soutenir la croissance des opportunités d’emploi pour les jeunes ruraux – et un avenir durable.

 

Plus d’informations

Lire: « Green Jobs for a Revitalized Food and Agriculture Sector »

Écrit par : Hans R. Herren, Andrea M. Bassi, Zhuohua Tan, W. Patrick Binns
Institut du millénaire, 2011
Département de la gestion des ressources naturelles et de l’environnement Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture

 

IFAD at Youth at Heart

Joignez-vous à la session du FIDA le 2 novembre :

Vous voulez entendre d’autres histoires de jeunes en Afrique et au Moyen-Orient ? Le ministère néerlandais des affaires étrangères organise le forum virtuel « Youth at Heart » le 2 novembre 2020. Des jeunes du Moyen-Orient et d’Afrique y discuteront de leurs expériences et de leurs réflexions sur l’éducation, le travail et la participation.

 

Vous pouvez rejoindre le forum, visiter les présentations et participer aux discussions ! Consultez le programme et inscrivez-vous dès aujourd’hui !

 

 

SOURCE: youthatheart.nl

Autres nouvelles

Aller à la barre d’outils